Corona pause enfin terminée

Active dans les domaines de la culture, de la communication et de la culture, secteurs parmi les plus touchés par la crise pandémique, Claudia Nuara s’est retrouvée pratiquement à l’arrêt du jour au lendemain. Heureusement, le réseau tissé tout au long de son parcours professionnel et ses compétences reconnues lui ont permis de conserver son optimisme et poser les jalons de la reprise.

Toutes ses activités professionnelles (cours, émissions, interventions, …) se font désormais dans le respect des mesures d’hygiène. Mais surtout avec le sourire, la bienveillance et l’énergie qu’on lui connaît.

Un 19e Karandach rose éléphant

Samedi 18 janvier, avec la compagnie Utopik Family, nous sommes invités par le Café-Théâtre Le Bilboquet de Fribourg à imaginer notre 19e Karandach. Ce concept , à savoir créer un spectacle en 12 heures chrono, est chaque fois une expérience folle, magnifique, dantesque et amusante pour moi.

Ce samedi à 20 heures, je serai sur scène avec mes collègues Emilia Catalfamo, Cédric Bürgi et Bastian Verdina. Le thème tiré au sort pour cette 19e édition est « Tous les éléphants roses ne volent pas ». Autant dire que tout est ouvert à notre fantaisie!

Le harcèlement à l’école

Avec la compagnie UTOPIK FAMILY, de St-Imier, nous entamons une tournée dans les écoles du canton de Neuchâtel avec un théâtre forum sur le harcèlement. 

« C’était pour de rire » a été  développé en coproduction avec le CAPPES, le Centre d’accompagnement et de prévention pour les professionnelles et les professionnels des établissements scolaires du canton de Neuchâtel. 

Sacha, une jeune fille de 11 ans qui vit avec son père, subit depuis plusieurs mois à l’école le harcèlement de ses camarades de classe dont elle est devenue la tête de turc et ce sans raison particulière. Elle tente de trouver du soutien auprès des adultes de son entourage, mais en vain. Le mécanisme pervers mis en place par le groupe de jeunes adolescents, par l’intermédiaire du téléphone portable, continue à broyer la jeune fille qui, poussée dans ses derniers retranchements, en vient à songer au pire pour que cesse enfin ce cauchemar.

Ce spectacle sera présenté dans tous les établissements scolaires du territoire neuchâtelois pour les élèves de 7H dès le 6 novembre 2019, jusqu’à fin mai 2020. 

Nouvelle pièce: « L’annonce »

C’est une tradition depuis plusieurs années : pour moi, novembre rime avec la création d’un nouveau spectacle avec la troupe « Les Electrons Libres ». Pour et avec les neufs comédiens de cette année, j’ai écrit et mis en scène la pièce « L »ANNONCE », une exploration de quatre mois sur le thème de la famille. 

La troupe vous invite dans un vieil immeuble aux couleurs pastels du village portuaire de Lafami, où la concierge Micheline veille avec un sacré coup de plumeau sur le bien-être des locataires. Mais la mort du riche propriétaire va bouleverser la vie de chacun : la maison va-t-elle être rasée pour laisser sa place à un endroit chic et branché ? Tous sont convoqués le soir-même pour la grande annonce ! La tension ambiante va peu à peu révéler les histoires secrètes des habitants qui, dans l’intimité de leur chambre, cachent amours, douleurs, rêves et espoirs. Parfois dans un grand éclat de rire ! 

Le spectacle est à découvrir le samedi 9 novembre à 20h00 et le dimanche 10 novembre à 14h00 heures et à 17h00, au Rennweg 26, à Bienne. Entrée libre mais réservation quasiment impérative au 076 53809 70 ou les.electrons.libres.bienne@gmail.com.

Avec Cirulli Federica,  Fellmann Wenger Corinne, Gautier Madeleine, La Spada Jessica, Carine Lombardi, Corentin Magnenat, Sabine Ponti, Mery Roethlisberger, Nathalie  Roethlisberger.

Mise en scène : Claudia Nuara

Assistance : Loredana Di Mauro

Technique : Peter Zgorszki

Accompagnement chorégraphique : Rosine Ponti

Graphisme : Michel Giraudel / Jessica La Spada 

Inauguration Place Laure Wyss: lecture de textes

Le samedi 17 août 2019, la Ville de Bienne ouvrira la nouvelle «Esplanade Laure Wyss» à la population. Cette grande zone de verdure de 4700 mètres carrés met à l’honneur la pionnière des médias et écrivaine biennoise Laure Wyss, disparue en 2002.

A 13h30 et 15h00, j’aurai l’honneur de lire des extraits de son oeuvre, encore (trop) peu traduite en français. Vous aurez peut-être envie de m’écouter… 

Pour plus de détails, cliquez sur le lien  
https://www.biel-bienne.ch/…/pub/meta_navigation/presse.cfm…

Vous reprendrez bien un peu d’amour et d’aventure?

J’ai le plaisir de vous inviter à (re)déguster la pièce toute en délicatesse D’AMOUR ET D’AVENTURE, en tournée depuis sa création en septembre dernier à Bienne. Rejoignez-moi sans hésiter le:

Vendredi 24 mai, à 20h00, Aula de Chantemerle, Moutier,
Samedi 25 mai, à 20h30, Théâtre Tumulte, Neuchâtel-Serrières
Dimanche 26 mai, à 17h00, Théâtre Tumulte, Neuchâtel-Serrières

Au début du 20e siècle, Germaine et Werner Renfer forment un couple hors-norme, libre, idéaliste, épris de poésie. Toute jeune, Germaine quitte son Jura bernois natal pour rejoindre son amoureux à Paris. Bientôt, ils partent ensemble sur une île déserte, au sud de la France, pour y recréer le paradis. La poésie est leur nourriture, la beauté étanche leur soif. Mais surviennent bientôt l’automne, le froid, la faim et la pauvreté. Des années plus tard, devenue veuve, Germaine se bat pour survivre avec ses enfants. Du passé remonte alors la parole du poète. La Compagnie Deva narre l’histoire de cette femme moderne et courageuse qui s’est battue toute sa vie pour défendre une œuvre poétique.

Un spectacle mis en scène par Nathalie Sandoz, d’après un texte écrit par Nathalie Ogi.

Avec les comédiennes Anne Comte et Claudia Nuara

Réservez sans tardez pour Moutier ici: http://www.ccpmoutier.ch

Réservez sans tarder pour Neuchâtel: http://www.tumulte.ch

VIVEZ L’AMOUR, VIVEZ L’AVENTURE

La pièce « D’amour et d’aventure », créée en septembre dernier à Bienne, est toujours en tournée. Je vous invite à me rejoindre :

Le dimanche 16 décembre 2018 à la Salle de spectacles de Vicques, à 17h00.

Le samedi 12 janvier, à l’Espace Renfer, à Porrentruy, à 14h00 et 20h30 (réservation obligatoire)

Venez découvrir l’histoire de Germaine, l’épouse de l’écrivain jurassien Werner Renfer. Cette femme exceptionnelle a su faire de sa vie un vrai roman d’amour et d’aventures en faisant fi de toutes les conventions sociales et les préjugés de son époque !  Combative et sensible, elle va nous emporter des sapins du Jura à la grisaille de Paris, de la chaleur de l’Ile du Levant aux frimas de St-Imier pour faire entendre la parole du poète mort prématurément.

Découvrez ce qu’en dit la critique

Ecriture                                            Nathalie Ogi
Mise en scène                           Nathalie Sandoz
Jeu                           Anne Comte, Claudia Nuara
Scénographie                           Neda Loncarevic
Lumières                                    Amandine Baldi
Son                                                Cédric Liardet
Régie                                              Gabriel Dollat
Assistance de production                Aline Houriet

Avec l’aimable soutien de la Ville de Bienne, de l’Office de la culture du Canton de Berne, du Canton du Jura, de MIGROS pour-cent culturel, de la Fondation Vinetum, de la Fondation Ernst Göhner, de la Fondation Anne et Robert Bloch et de la Fondation Loisirs-Casino Jura. 

Coproduction: CCL St-Imier
Partenariat: Nebia Biel/Bienne 

RESERVER POUR VICQUES
RESERVER POUR PORRENTRUY

Vivre l’amour et l’aventure, sur scène !

Trois ans après Angelo, voici la nouvelle création de ma structure professionnelle, la Compagnie Deva. Avec cette pièce, entrez dans l’histoire (en partie fictive, inspirée de la correspondance inédite)) de Germaine, l’épouse de l’écrivain jurassien Werner Renfer, femme extraordinaire  qui a su faire de sa vie un vrai roman d’amour et d’aventures! Et cela dès le 20 septembre à Bienne, puis en tournée !

Au début du 20ème siècle, Werner et Germaine Renfer formaient un couple hors-normes, libre, combatif, acharné. Au travers du personnage central de Germaine, nous découvrons le lien puissant entre les deux époux, et le rôle considérable de la femme du poète. Muse de Werner Renfer, pilier de sa vie, elle est aussi une partenaire essentielle de l’artiste dont elle relisait et comprenait l’oeuvre. Toute jeune déjà, cette femme forte et passionnée s’engage pour soutenir son amoureux. Alors que les deux jeunes gens ne sont pas mariés, elle quitte sa région pour le rejoindre à Paris. Elle acceptera de vivre dans la précarité afin que le poète puisse faire de l’écriture son métier.

Devenue veuve à peine une douzaine d’années plus tard, Germaine se retrouve seule et démunie, en charge de deux enfants. En période de crise économique, elle connaît la faim, le froid, la pauvreté et va tout tenter pour faire publier l’oeuvre de son époux afin de survivre. Désespérée, en colère, elle incarne indirectement la difficulté pour tout artiste de vivre de son art, mais aussi pour tout être humain de transcender sa condition. Tiraillée entre les difficultés matérielles et les souvenirs rayonnants de sa vie avec Werner, Germaine tente de trouver une issue à cette crise morale et financière. Du passé remonte alors la parole du poète, comme une présence lumineuse, un encouragement à poursuivre l’idéal de beauté et de l’amour, seul à même de transfigurer le monde.

La comédienne Anne Comte et moi-même nous partageons les rôles de la Germaine du passé et du présent. La mise en scène est signée par la Neuchâteloise Nathalie Sandoz, le texte par la Lausannoise Nathalie Ogi. La distribution est complétée par Neda Loncarevic (scénographie), Amandine Baldi (création lumière), Cédric Liardet (univers sonore). Aline Houriet est l’assistante de production et Mattia Marchese notre graphiste.

La confiance de Nebia Biel/Bienne et du Centre de culture et de loisirs de St-Imier a permis de lancer le projet. « D’amour et d’aventure » voit  le jour grâce au soutien de la ville de Bienne, des cantons de Berne et du Jura, de la Fondation Ernst Göhner et de la FARB – Fondation Anne et Robert Bloch pour la promotion de la création culturelle dans le Jura, de la Fondation Vinetum et du Casino Loisirs Jura. Un grand merci à tous !

 

Une nouvelle création avec Les Electrons libres

C’est une tradition: avec son groupe d’élèves plus avancés, réunis au sein de la troupe « Les Electrons Libres », Claudia Nuara monte un spectacle chaque année. En 2018, le défi est de taille: 18 comédiens sur scène simultanément pour interpréter « Sofia au crépuscule », une pièce que Claudia Nuara a écrite pour parler de la maladie d’Alzheimer. Comment interpréter un neurone? comment passer du présent au passé et vice-versa? comment créer un univers sonore avec son corps et des objets? Ce sont les questions qui ont accompagné le travail sur ce nouveau projet.

Aloïs est un vieil écrivain, dont la mémoire se liquéfie. Dans son cerveau, les neurones tentent de faire revivre son passé et raviver ses passions. La plus grande a été celle pour Sofia, la femme qui a partagé sa vie, l’autre est pour le théâtre. Entre neurones en pleine déliquescence et souvenirs lointains, entre rires et pleurs, le personnage d’Aloïs navigue dans le temps et l’espace. Le public , lui, est invité à suivre son évolution jusqu’à ce qui semble bien être l’inéluctable fin. Alors, que reste-t-il de nous quand la mémoire s’efface ? Quand les mots, les gestes , le corps et les pensées s’échappent? Peut-être le sentiment d’amour ?

Réservations chaudement conseillées : les.electrons.libres.bienne@gmail.com /  076 538 09 70   

17 février 2018: « KARANDACH », douzième spectacle créé en un jour et joué une seule fois!

Vous ne connaissez pas encore le concept KARANDACH? Venez le 17 février au Rennweg 26 à Bienne à 20h00 pour vivre un moment unique avec moi et mes compagnons d’UTOPIK FAMILY!

 

 

 

 

Depuis 2013, UTOPIK FAMILY se lance plusieurs fois par année un défi de taille: créer un spectacle en un seul jour et joué une seule fois. Batipsée KARANDACH, cette performance s’inspire de la tradition théâtrale russe des Kapouchnik, terme signifiant «soupe au choux» en référence à la soupe mijotant dans le foyer des acteurs. 

 

Les comédiens d’UTOPIK FAMILY ont 12 heures chrono pour créer et présenter un spectacle sur un thème proposé par le public. La journée commence le matin à 8 heures. Les comédiens se réunissent, discutent, débattent, proposent, puis créent le spectacle et le jouent une seule et unique fois, le soir même, à 20 heures.                                                                                      Douze heures, pas une minute de                                                                                plus, pour se lancer sous les                                                                                            projecteurs ! 

Les spectateurs sont le moteur du KARANDACH : à l’issue du spectacle, ils sont invités à écrire des propositions sur des billets. Compilés ensuite par la troupe, l’un d’eux sera ensuite tiré au sort quelques jours avant le prochain KARANDACH. Règle du jeu: ne pas se préparer et créer le jour même!